Afrikayna Association pour l’échange interculturel,
le développement et la coopération en Afrique

A propos

Créée en mai 2013, Afrikayna place au centre de ses réflexions la composante africaine de l’identité marocaine et dirige, dans ce sens, une série d’actions pour la promotion des arts et des cultures d’Afrique par la formation, la création, la co-production et la diffusion.

Principes :
– Prendre le parti de la diversité, de l’échange et du dialogue.
– Encourager l’originalité, la créativité et la modernité.
– Interroger la composante africaine de l’identité marocaine.
– Promouvoir et défendre les actions culturelles et la place et l’importance des arts dans le processus de développement humain social et économique.
– Contribuer à l’essor culturel marocain et africain, auprès d’artistes, d’associations, d’acteurs culturels et de réseaux d’aide à la promotion de la culture et de l’art au Maroc et ailleurs en Afrique.

Objectifs

Actions

- Soutien à la mobilité des artistes
- Ateliers musiques et cultures & Masters Class Professionnelles
- Co-production de projets artistiques
- Résidences de création
- Actions pour le dialogue interculturel
- Développement points de contacts et réseaux

Objectifs généreaux

- Rassembler diverses visions africaines dans un esprit fédérateur et autour d’une AFRIQUE solidaire.
- Rapprocher les mouvements similaires chez les jeunes d’Afrique, et faciliter la mobilité et les échanges pour s’enrichir mutuellement.
- Promouvoir et participer à la sauvegarde des expressions artistiques traditionnelles en soulignant leur importance dans le développement des tendances contemporaines et urbaines.
- Favoriser les partenariats et coopérations artistiques et culturelles entre le Maroc et les pays du Sud.
- Contribuer à l’essor des industries culturelles et créatives à travers la co-production, la promotion et la diffusion.
- S’inspirer de modèles et d’expériences à l’international et promouvoir la transmission des savoir-faire et compétences.

Objectifs Spécifiques

- Rapprocher les autres cultures du Sud d’une culture marocaine ouverte sur le monde et contribuer à l’intégration des communautés d’Afrique Subsaharienne du Maroc.
- Mettre en avant la composante identitaire africaine du Maroc
afrikayna-maroc-casablanca-bourse-musique-mobilite-culture-pic4

Message de l’équipe

Depuis sa création, AFRIKAYNA tend, à travers ses actions, à tisser un réseau d’artistes et de structures au Maroc et sur le continent en vue de renforcer les axes d’échanges existants et d’en créer de nouveaux.

2018 a marqué une étape importante dans l’évolution des actions de Afrikayna, pensés en adéquation avec les besoins et comportements des différents secteurs artistiques sur lesquels l’association a opéré depuis sa création.

Grâce à la confiance du groupe OCP, et le soutien des partenaires de notre structure, Afrikayna a pu, durant ces 3 dernières années, réaliser les objectifs fixés au lancement du fonds Africa Art Lines, tout en construisant des relations de partenariats solides et des ponts d’échanges importants et durables.

Depuis son lancement Africa Art Lines a émis plus de 350 Vols, en soutien à plus de 100 projets.

Les demandes en permanente croissance pour bénéficier de bourses de voyage pour diverses disciplines artistiques et rendez-vous culturels importants, soulignent le besoin et la pertinence de l’existence d’un tel fonds. Ces 3 premières années ont ainsi permis de souligner les points forts et limites du modèle de départs de Africa Art Lines, pour proposer de nouveaux axes et lignes de financements répondant au mieux aux besoins en mobilité, contraintes et difficultés rencontrées par les demandeurs, artistes ou opérateurs culturels.

En parallèle, les concepts et actions proposés par Afrikayna, en réponse aux diverses demandes exprimées de la part des artistes et professionnels, ont pu être concrétisés et mis en œuvre au travers de projets formateurs, fédérateurs et constructifs, bien qu’ils soient pour l’instant dédiés au problématiques et besoins du secteur musical principalement.

En effet, le programme des masters class « Casablanca Drum & Bass », qui connaît un vif succès de la part des musiciens participants et des Masters invités, a confirmé cette année sa ligne de programmation et affirmé le niveau des ateliers disposés en conviant des légendes vivantes de l’histoire instrumentale contemporaine Africaine et de la Disapora.

La 4ème édition de Casablanca Drum N Bass s’est intéressée cette fois – ci à l’aspect technique et technologique de la création musicale. « LE » génie et producteur de renom qui a écrit l’histoire du Dub et du Drum N Bass contemporain grâce à ses manipulations électroniques, « Mad Professor » a répondu présent à notre invitation et a 3 jours pleins aux ingénieurs du son venus spécialement à sa rencontre, mais aussi et toujours aux artistes musiciens de la place.

Les travaux autours de la valorisation des instruments de musiques traditionnels d’Afrique, ont aussi fait une avancée très positive grâce à l’implication des différents partenaires projets du Maroc et du continent, à l’intérêt portés par divers profils de professionnels concernés par ce « chantier », voué à une évolution considérable compte tenu des questions cruciales auxquelles nous souhaitons contribuer et apporter une partie des réponses qui tendent vers une évolution constructive et durable : pour le développement du secteur de la fabrication et de ce fait de son marché mais aussi pour la préservation du patrimoine, sa transmission et son inscription durable dans les créations contemporaines régionales et internationales. Les premiers travaux ont démarré en 2017, mais c’est en 2018 que l’Instrumenthèque d’Afrique est née ! Elle compte aujourd’hui plus de 60 instruments représentatifs de l’Afrique du Nord, Centrale et de l’Ouest. Plus qu’une simple exposition, les travaux autours de la thématique ont impliqué experts en organologie des instruments de musique, anthropologues, musicologues, chercheurs, maîtres luthiers et artistes.

Si la collecte des instruments, d’informations sur leur matériaux de fabrication, leurs données techniques, de provenance et d’utilisation, est un travail préliminaire indispensable, il a été tout autant nécessaire de traiter du sujet de leur valorisation dans notre contexte actuel, de leur transmission en passant par les nouvelles données scientifiques, de marché et des expérimentations et ateliers nécessaires pour arriver à  asseoir un programme complet autour de la valorisation de ces instruments de musique, dont certains sont sévèrement menacés de disparition, et avec eux des pans culturels, d’histoire et de mémoire qui y sont rattachés.

C’est ainsi que L’Instrumenthèque d’Afrique et les premières rencontres professionnelles et travaux autours de cette thématique centrale a récolté les encouragements et appui effectifs des différents opérateurs ayant contribué au programme 2018. Les résultats et axes tracés par ces premières activités feront l’objet de programmes dédiés pour les prochaines années.

2018 a été marqué aussi par la première production musicale dirigée et produite entièrement par Afrikayna, rendue possible grâce à l’implication des partenaires ayant répondu favorablement à notre appel. MBOKKA PROJECT !

En effet notre association a toujours apporté selon ses possibilités un soutien à la production artistique. Cette aide prenant le format de « Co-production » de projets existants nécessitant un complément au niveau logistique, de mise en relation et / ou de mise à disposition d’espace de création ou d’enregistrement, a permis de concevoir et de construire un projet musical pour 2018 répondant aux critères de professionnalisation pour une production aux normes pouvant faire l’objet d’une programmation durable sur différentes rencontres musicales du continent et d’ailleurs.

« Mbokka Project », ce sont 7 musiciens confirmés de 4 pays, le Maroc, le Mali, le Sénégal et la côte d’Ivoire, qui mettent en avant spontanément les valeurs du vivre ensemble dans une Afrique contemporaine, rythmique et mélodique. Mbokka est ce lien de parenté évident entre les héritages musicaux du même bassin ouest africain. Les 7 talents ensemble, sous la direction artistique de Aziz Sahmaoui et à la réalisation et production de l’album Jean Pierre Senghor, ont pu collaborer ensemble sur des compositions inédites et des arrangements et interprétations contemporaines de patrimoines musicaux du continent. ‘Mbokka project’ propose un voyage sonore unique, une expérience basée sur la mobilité et prenant en compte l’importance de l’encadrement et de l’accompagnement des artistes en offrant un environnement maîtrisé pour une production de qualité. Le projet a déjà au compteur 6 concerts. Mbokka qui signifie « Village » en Lingala d’Afrique Centrale, représente bien ces liens indéniables que l’ont retrouve au fur et à mesure des musiques proposées par ce collectif d’artistes.

2 autres formations musicales ont pu bénéficier en 2018 d’un soutien à la production, grâce au partenariat nous liant à l’association EAC L’boulvart qui a mis à disposition les lieux pour accueillir « Moné Ekang », un groupe composé de camerounais et sénégalais installés à Casablanca et « Génération Taraglate », rockeurs et blues man du Desert, venus de Mhamid El Ghislaine. Ces deux formations, comme beaucoup d’autres, proposant un beau projet musical et ayant besoin de produire leurs créations sur des supports physiques pour la promotion et la diffusion de leur projets artistiques.

2018 aura aussi été une année marquée par des temps forts professionnels du continent auxquels notre association a répondu présente tout en offrant la possibilité à d’autres structures artistiques du Maroc et du continent d’y prendre part : « Le Masa » (Marché des arts du spectacle d’Abidjan) – « ACCES 2018 – Nairobi» The Music In Africa Conference For Collaborations, Exchange And Showcases – « VISA FOR MUSIC – Rabat » Marché des musiques d’Afrique et du Moyen-Orient …

Et une année de consolidation de partenariats durables avec des structures et rencontres locales et continentales : Sauti Za Busara (Zanzibar) – Fondation festival sur le Niger (Mali) – Forum des cultures Urbaines d’Afrique et la maison des cultures urbaines (Sénégal) – Festival L’boulevard (Casablanca) – Festival Gnaoua d’Essaouira – Les rencontres chorégraphiques de Casablanca …

2018 aura été riche en projets et en rencontres, grâce à l’implication de l’équipe, des partenaires et des volontaires pour mener à bien les premières actions pensées par notre association et dont la réalisation et consolidation a été possible grâce à la conjugaison de multiples efforts d’horizons multiples.

Avec nos chaleureux remerciements à toutes les énergies qui nous accompagnent dans notre démarche,

L’équipe Afrikayna

Ils ont dit sur Afrikayna

“Pour la première fois au Maroc, un fonds de mobilité destiné à soutenir la création artistique en Afrique a été mis en place.”

L’ECONOMISTE

“Depuis sa création en 2013, l’association Afrikayna s’est fixée comme objectif de créer des ponts entre les artistes et opérateurs artistiques au Maroc et les autres pays du continent africain. »”

AL BAYANE

“African Connexions. L’association Afrikayna vient de lancer un fonds de mobilité destiné à soutenir la création artistique en Afrique. Une première sur le continent.”

TELQUEL

“Autant dire que les frontières de l’art en Afrique commencent à être levées.”

HUFFPOST MAROC

“L’association et l’initiative encouragent les musiciens marocains à aller à la rencontre de la musique de leur racine, à exporter la leur, à échanger, apprendre, grandir à travers des résidences artistiques... En voilà une belle idée.”

LES ECO

“C’est fait ! Le fonds marocain de mobilité artistique a été lancé.”

AUJOURD’HUI LE MAROC

“L’association Afrikayna, à Casablanca, place la composante africaine de l’identité marocaine au centre de ses actions.”

JEUNEAFRIQUE.COM

“Il n’y a pas frontière qui se dresse face à la musique. En témoigne l’évidence avec laquelle s’imbriquent les rythmes et les sons africains à chaque rencontre artistique. Ce fut le cas de la première étape de création de “Mbokka Project””

LA VIE ECO

“Afrikayna Brings Morocco Home to its Roots Using music and art. One association in Casablanca is trying to bridge the divide between Morocco and its African neighbors.”

INSIDEARABIA.COM